Articles liés

22.01.2012

Artemis Fowl T1

Synopsis

Artemis Fowl se présente comme le rapport des fées sur leur plus grand ennemi... Ainsi, dès les premières pages, le ton est donné : non, Artemis Fowl ne sera pas la malheureuse victime transbahutée malgré elle dans un autre monde, et réduite à sauver celui-ci. 
Artemis Fowl, au contraire, use de son intelligence exceptionnelle pour s'adonner à des recherches très sérieuses ; et obtient sciemment le contact avec ceux qu'on appelle le Petit Peuple... pour en profiter. Après une étude attentive de l'objet de son intérêt, le garçon passe à l'action en s'emparant d'un otage. Son but est très clair : il veut l'or des fées. 
La victime de cette malheureuse opération ne sera autre que la capitaine Holly Short, seule femme des FAR, subissant bien des épreuves à cause de cela. Nous suivons d'abord quelques-unes de ses tribulations avant de voir sa route se heurter à celle d'Artemis.

Avis

Certes, Artemis Fowl fait preuve d'une certaine originalité en se centrant essentiellement sur celui qu'on appellera le grand méchant de l'histoire. Le folklore des fées et autres lutins est habilement mêlé à une technologie avancée. Le texte sait également user d'humour en se montrant souvent ironique. 
Cependant les personnages ne se démarquent pas du reste de la production pour la littérature jeunesse : une jeune combattante fougueuse mais généreuse, un gros capitaine qui cache son affection sous ses manières bourrues, un certain adjudant moqueur mais fidèle, et un soi-disant meilleur ami assoiffé d'ambition, prêt à tout pour gagner des galons... Dans l'autre camp, outre le jeune Artemis dont la personnalité reste malgré tout peu crédible pour un enfant de douze ans, surtout si l'on prend en compte la disparition de son père et la folie de sa mère (pour laquelle il éprouve malgré tout un semblant d'affection cachée), nous avons un majordome dévoué amené à se remettre en question et une jeune fille protégée qui veille à l'ordre de la maison. 
Par ailleurs, l'histoire se borne à se dérouler, avec les plans subtils ou moins subtils des uns ou des autres. Les fées se démènent, mais Artemis semble avoir tout prévu. N'y a-t-il vraiment que l'or qui l'intéresse ? Qui sortira vainqueur de cette confrontation d'une interminable nuit ? Le lecteur suit avec intérêt les divers coups de cette partie d'échecs, et en attend la conclusion avec curiosité. 
Ceci dit, si l'on est à la recherche d'une quelconque psychologie de la part des personnages, d'une certaine recherche de mentalité ou d'un minimum de morale à en tirer, il vaudra mieux chercher ailleurs car il n'y a là rien qui puisse correspondre à ses attentes. 
Dans l'ensemble, Artemis Fowl est un bon roman, qui sait renouveler habilement les codes du fantastique, mais c'est un roman objectif, au but purement distractif, sans la moindre intériorisation ; difficile dans ces conditions de s'identifier à qui que ce soit, et donc de se sentir vraiment emballé par l'histoire. 
A lire si vous savez vous contenter d'assister au déroulement des faits. Sinon, il sera assez facile de se sentir déçu.

Note finale :
6/10