Articles liés

02.03.2013

Vivants

Synopsis

R est un zombie. Il n'a pas de nom, pas de souvenirs, pas de pouls. Mais il rêve. Dans les ruines d'une ville dévastée, R rencontre Julie. Elle est vivante, palpitante. C'est un jaillissement de couleurs dans un camaïeu de gris. Et sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. C'est le début d'une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse. Ce n'était jamais arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts. Il veut respirer de nouveau, il veut vivre, et Julie va l'aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre.

Avis

Je n'ai jamais aimé les histoirse de zombies. Ce sont toujours des récits d'horreur, sur fond de fin du monde,  où les humains se vainement battent à grands coups de grenades et de fusils contre une multitude infinie. Bref, un genre pas très intéressant pour moi. 

Mais Vivants donne une image différente des zombies et des livres de zombies. Tout simplement parce que le récit est conté, à la première personne, par un zombie, R. Dès les premières lignes, le texte a retenu toute mon attention de par sa tenue soignée, agréable, pleine d'émotion. L'écriture d'Isaac Marion est un régal de bout en bout, surtout dans les passages sans dialogue, et il parvient à rendre humain et compréhensible un point de vue qui par définition n'est pas censé l'être. Un véritable exploit ! 

À travers les yeux d'R, on découvre les coulisses côté zombies : comment ils se réunissent dans des lieux abandonnés, pour n'en sortir que quand la faim les pousse impérieusement à se nourrir des vivants et propager l'épidémie. Ce que sont devenus les humains survivants et leurs méthodes de lutte contre les zombies, on ne le découvre que progressivement, quand R décide de suivre son amie Julie après avoir mystérieusement décidé de la garder en vie. On retrouve alors les stéréotypes habituels des livres de zombies, mais toujours et définitivement vus par un regard différent qui change de ce dont on a l'habitude. 

Les personnages de ce roman sont très humains et décrits de telle façon qu'on s'y attache. On ne peut leur rester indifférents. J'ai beaucoup apprécié l'évolution de la romance entre R et Julie, qui n'a rien de niais et s'apparente en majeure partie, dans la façon dont c'est écrit, à une amitié très forte mâtinée de fascination et d'attirance. En tout cas, oubliez les scènes passionnées ou désespérées, les sentiments coulants ou mielleux : ce n'est nullement ce que l'on trouve dans Vivants

Même si au final l'amour contribue à sauver le monde, Isaac Marion parvient à l'écrire sans pathos ni exagération, de sorte qu'il devrait se rallier même les lecteurs les plus allergiques aux romances. Et ce, même si le résumé et la citation de Stephenie Meyer tendent à ne pas faire très sérieux, mais ne vous y fiez pas, car Vivants est réellement un très bon livre. 

Très prenant, c'est un de ces ouvrages que l'on a de la peine à quitter une fois entamés tellement ils sont addictifs, entraînants, nous portant d'une traite jusqu'à la dernière page pour en ressortir émus et enchantés. Une expérience à tenter sans hésiter, vous ne le regretterez pas ! 

Note finale :
9/10