Articles liés

18.04.2010

L'impératrice de la soie T1 - Le toit du monde

Synopsis

Décembre 655. Dans la plus grande salle du palais, une très jolie femme jubile intérieurement. Aujourd'hui elle épouse le jeune empereur Gaozong, de la dynastie des Tang. Elle qui, il y a cinq ans à peine, n'était qu'une obscure concubine de cinquième rang, attachée à un empereur vieillissant... sera désormais l'Impératrice Wuzhao. En tant qu'impératrice, Wuzhao entend bien jouer un rôle dans le gouvernement de l'empire de Chine. Aussi, quand son mari lui apprend que de la soie clandestine a été découverte chez un marchand de la capitale, elle se charge personnellement de l'enquête. Du jamais vu ! Les nobles, les hauts fonctionnaires, les eunuques, tous sont scandalisés. Wuzhao vient d'entrer dans le tourbillon du pouvoir. Une lutte sans merci s'engage autour de cette richesse plus rare que le jade et plus précieuse que l'or : la soie.

Avis

Erf... en voilà une lecture qu'elle fut laborieuse. Bon, ce n'est pas un mauvais roman, bien au contraire ! Tout y est excellent : les personnages sont fouillés, traités minutieusement ; il y a plusieurs intrigues, avec un scénario très complexe et qui pose des jalons progressifs pour que tout se recoupe petit à petit. L'univers est présentée avec force détails, le moindre de ses aspects étant soigneusement détaillé. Seulement voilà, il y a trop de tout !

C'est "trop" fouillé, "trop" détaillé, "trop" complexe", "trop" progressif ! C'est tellement minutieux que ça en devient dur à suivre. Les personnages sont vriament nombreux et ils participent tous à des situations et évènements totalement différents, parfois on les quitte pendant un long moment, et quand on les retrouve plus tard on sait plus qui ils sont ; et comme les chapitres font souvent des flash-backs en présentant l'action dans le désordre, et qu'il y a des ellipses entre eux, et qu'ils se suivent pas, finalement c'est vachement compliqé à lire. Enfin, j'ai trouvé. Pour certains personnages, l'histoire avance même pas beaucoup (mais y en a d'autres où leur histoire avance beaucoup, aussi).

Néanmoins, j'ai apprécié le réalisme extrême de cette oeuvre. J'ai entre autres particulièrement aimé son traitement des religions ; en effet, sous nos latitudes il y a beaucoup trop de gens qui idéalisent le bouddhisme, en prétextant par exemple que "ce n'est pas une religion mais une philosophie de vie" ; or ce livre montre bien que le bouddhisme a aussi son histoire et a connu ses concurrences, ses complots, ses mensonges et ses massacres.

On y voit la rivalité entre les différentes écoles (Mahâyanâ, Hinayanâ, bouddhisme tibétain, etc) mais aussi avec d'autres croyances comme le tantrisme ou le christianisme ; et la façon dont les moines sont parfois obligés de détourner leurs préceptes pour réussir à faire survivre leur communauté dans un monde cruel. Les pendules sont bien remises à l'heure, ce qui est une très bonne leçon pour les Occidentaux que nous sommes.

En lisant, c'était tellement difficile que je pensais pas que je lirais la suite... Mais en fin de compte, je me suis vraiment attachée à ces personnages et j'ai envie de savoir ce qu'ils deviendront, donc je continuerai sans doute un jour.

Note finale :
6/10