Dans la même série

T2

T3
Articles liés

22.01.2012

Inca T1 - Princesse du soleil

Synopsis
Anamaya, étrange fille grande, mince et aux yeux d'une couleur inhabituelle, a dix ans lorsque son village est détruit par les Incas. Remarquée par un capitaine ennemi, elle est installée dans la Maison des Vierges de Quito et y grandit. Quatre ans plus tard, l'Inca Huayna Capac est aux portes de la mort. Il décède sans avoir désigné d'héritier, et contre toute attente, choisit de confier ses secrets, vitaux pour le territoire, à Anamaya... Bientèt, la guerre civile ravage l'Empire. Gabriel est un Espagnol plongé dans les ennuis jusqu'au cou. Emprisonné, poursuivi par l'Inquisition, il est sauvé mais désavoué par son père. Lorsqu'il rencontre le capitan Francisco Pizarro, futur Gouverneur du Pérou, il n'hésite pas à se lancer dans l'aventure et à le suivre au pays de l'or.

Avis

L'ennui avec les romans historiques, c'est l'absence d'un but, d'une continuité à suspens dans l'intrigue. Du coup, on a un peu l'impression de prendre le train en marche et de suivre un feuilleton à épisodes inédits. Pour ne rien arranger, un minimum de connaissances historiques permet de déjà savoir la suite en gros...
Si on passe outre ce défaut, c'est excellent de bout en bout ; il y a même certains passages qu'on se demande à quoi ils servent, pour finalement découvrir une centaine de pages plus loin qu'ils avaient effectivement une utilité non négligeable ! De fait, rien n'est à jeter ; l'écriture est à la fois bonne et accrocheuse, et les personnages ont beaucoup de personnalité.
Petit point noir pour l'histoire d'amour qui commence de façon totalement pompon avec son coup de foudre sirupeux d'un classicisme éculé et d'un crédible douteux ; cependant si l'on considère le fait que le roman n'est pas totalement réaliste (après tout, Anamaya a des pouvoirs et entend la voix d'un mort qui lui prédit l'avenir...), on peut tout à fait imputer cette tournure à un destin à découvrir.
En outre, ce roman a l'avantage de présenter un peuple à la fois fascinant et trop rarement mis en avant par les médias. Derrière le pseudonyme d'Antoine B. Daniel se cachent en fait pas moins de trois hommes (Jean-Daniel Baltassat, romancier, traducteur et scénariste ; Antoine Audouard, écrivain ; Bertrand Houette, docteur en ethnologie, archéologue et passionné de la civilisation inca) assurant au roman un respect historique impressionnant.

Note finale :
7/10