Dans la même série

T2

T3
Articles liés

13.12.2006

Ikebukuro West Gate Park

Synopsis

Ce roman d'Ira Ishida nous place dans le quartier d'Ikebukuro, un coin de Tôkyô, capitale du Japon. Son héros est Makoto Majima, un jeune tout ce qu'il y a de plus normal : il aide sa mère à tenir la boutique de feu son père, et le reste du temps, il glande et traîne dans les rues. C'est à la suite du meurtre d'une de ses amies qu'il va résoudre une affaire et dès lors, acquérir une réputation de "solutionneur d'embrouilles". Le roman se divise en quatre histoires principales ; la première est celle avec laquelle tout commence ; dans la seconde, un parrain de la mafia, incapable de retrouver sa fille par les procédures habituelles, demande à Mokoto de mener son enquête avec le réseau de la rue ; dans la troisième, une de ses amies, une prostituée ayant sombré dans la drogue, lui demande de sauver son petit ami, qui a fait un éclat auprès de la mafia pour l'aider à s'en sortir et qui est à présent recherché par elle ; enfin, dans la dernière, une guerre des gangs met à feu et à sang le quartier d'Ikebukuro, Makoto va tenter de ramener la paix lorsqu'une ravissante journaliste lui demandera sa collaboration

Avis

Dire que j'ai trouvé Ikebukuro West Gate Park exceptionnel reste un mot faible.

IWGP a remporté au Japon le Grand Prix de Littérature Policière ; mais il dépasse très largement ce cadre. Makoto est un jeune sans vrai boulot, sans vraie motivation ; il glande, sort, drague les filles, et a déjà eu plusieurs démêlés avec la justice. Et d'ailleurs, il n'est pas du tout un représentant de celle-ci : il porte sur le monde un regard désinvolte, limite je-m'en-foutiste, sans positivisme exacerbé mais sans défaitisme pathétique non plus. Il se fait plaquer par sa copine ? Bon, ben voilà, tant pis, j'ai autre chose à faire en attendant...
Pour toutes ces raisons, bien que ce roman ait reçu un prix de littérature policière, on ne sent pas du tout l'ambiance habituelle de l'inspecteur cherchant à résoudre son crime ; et bien qu'il ne s'agisse pas d'un roman fantastique, on se sent réellement embarqué dans un autre monde, un monde réel et lointain tout à la fois. Makoto fréquente des gens qui vivent de petits boulots, des gens bien, des gangs, des yakuza, des ikkikomori, des putes. Malgré ses fréquentations pas toujours très clean, son regard ne juge jamais et c'est la raison pour laquelle, en refermant le livre, « on a l'impression de connaître par coeur de quartier de Tôkyô, chacune de ses ruelles où se côtoient bars à karaoké et love-hôtels, on s'est attaché à chacun de ses habitants. » (cf résumé éditeur). 
L'écriture d'Ishida Ira, enfin, est tout simplement incroyable, incisive, rapide, surprenante, jeune et fraîche, elle fait à la fois ressortir le désappointement et le dynamisme de la génération actuelle, avec une justesse de ton constante. Ses histoires connaissent une conclusion surprenante, pas foncièrement mauvaise mais jamais totalement bonnes non plus, proches de ce qui se fait dans la vraie vie, quoi.

Note finale :
10/10