Articles liés

27.02.2015

Tigre, tigre !

Synopsis

Par une belle journée d’été, Margaux Fragoso rencontre Peter Curran à la piscine de son quartier, et ils commencent à jouer. Elle a sept ans ; il en a cinquante-et-un. Quand Peter l’invite chez lui avec sa mère, la petite fille découvre un paradis pour enfants composé d’animaux exotiques et de jeux. Peter endosse alors progressivement, insidieusement, le rôle d’ami, puis de père et d’amant. Charmeur et manipulateur, Peter s’insinue dans tous les aspects de la vie de Margaux, et transforme l’enfant affectueuse et vive en une adolescente torturée.

Avis

Ce livre aborde le thème délicat et difficile de la pédophilie. Habituellement, ce ne serait pas mon genre de lectures, mais ce qui m'a attirée dans cette oeuvre, c'est qu'elle présente une optique différente de tous ces ouvrages qui ne sont rien d'autre que descriptions d'horreurs et dénonciations simplistes d'actes bestiaux. La psychologie de ce livre est plus fine que cela. 

En effet, Margaux a vécu avec Peter une relation pédophile qui a duré 14 ans au total, jusqu'au décès de cet homme. Pendant tout ce temps, cette relation était consentie de sa part, ou du moins elle la croyait consentie puisqu'elle était en réalité, largement manipulée par un individu charmeur et doué. Non seulement elle aimait réellement Peter, éprouvant même une dépendance pour le seul être qui lui ait jamais donné l'impression de valoir quelque chose, mais de plus elle l'a protégé durant tout ce temps en niant farouchement l'aspect sexuel de leur relation, afin de lui éviter la prison. Ce n'est qu'après le décès de son "compagnon" et en tant de se reconstruire, et en prenant enfin le recul nécessaire pour tenter de comprendre ce qui lui est arrivé, qu'elle a pu estimer à quel point Peter avait pu détruire sa vie. 

Tigre, tigre ! n'est pas seulement un témoignage touchant, c'est aussi un vrai ouvrage de littérature. Agréablement composé, il bénéficie aussi d'une construction intelligente qui fait de chaque chapitre un apport à l'ensemble, de sorte que l'on est happé par la lecture tout le temps et sans temps mort. Les éventuels ralentissements ou détails sont toujours utiles, car ils contiennent tous les non-dits et les événements significatifs dont les sens ne sont pas toujours décrits franchement pour toujours assez largement sous-entendus pour qu'on les comprenne. 

Tout au long de la lecture, on est bouleversé par la vie de Margaux, issue d'un milieu familial très difficile, entre une mère atteinte d'une maladie psychiatrique et un père colérique, aigri et rabaissant. Margaux grandit perturbée par ce cercle teinté de mensonges, de violence et de folie, où par ailleurs tout le monde couche avec tout le monde, et s'abrite de bon coeur dans ce qu'elle prend pour le refuge enchanteur que lui offre Peter. Séduisant et drôle, Peter lui donne l'impression d'exister, lui offrant ce qu'elle prend pour du respect, du réconfort et de l'amour, et qui peu à peu la rendra prisonnière d'une relation tordue et étouffante, dont elle perçoit l'anormalité sans pour autant chercher à s'en échapper. 

Peter est un prédateur sournois qui s'y prend de façon extrêmement progressive. C'est au fil des mois et des années que viennent les demandes de nudité, puis les attouchements, les fellations, le visionnage de films porno. Pour autant, leur relation de dépendance réciproque ne sera pas toujours idyllique et le temps vient rendre leur lien de plus en plus tumultueux, éveillant toujours davantage les soupçons. Néanmoins, ils y feront face ensemble jusqu'au dénouement avec la mort de Peter, qui laisse Margaux seule, dévastée. Dans son prologue, Margaux compare la fin du lien avec un pédophile au sevrage d'une drogue : la fin d'un univers de mensonges qui laisse une sensation de manque, jusqu'au jour où la victime ouvre vraiment les yeux sur ce qui lui est arrivé et peut entreprendre de se reconstruire.

C'est un livre dérangeant et difficile, mais remarquable par sa rédaction particulièrement agréable et surtout, l'intelligence de sa construction, ainsi que la finesse des détails psychologiques relevés et livrés sur l'entourage qui a permis l'existence d'une histoire aussi tragique. Que ce soit l'enfance difficile de Peter, les difficultés du père de Margaux, les agressions subies par sa mère et sa tante lorsqu'elles étaient petites, etc. Personne n'est innocent dans ce qui est arrivé. 

J'ai trouvé cet ouvrage intéressant, distrayant et instructif. Délicat, certes, mais qui permet vraiment de voir la pédophilie sous un autre angle que simplement la méchanceté et le désir de vengeance, car Margaux fait preuve d'objectivité dans la façon dont elle retrace son passé et s'abstient de donner de Peter seulement l'image d'un monstre. Elle a aimé cet homme et le décrit à ce qu'on saisisse pourquoi, et comment cet amour était lui-même la conséquence d'une manipulation souroise permanente.

La seule chose qui m'a manquée est que j'aurais éventuellement apprécié un point de vue externe à certains endroits ; en effet, le fait que le livre est écrit à la première personne nous offre seulement le point de vue de Margaux, et ne permet pas réellement de saisir ce que les autres gens pouvaient bien penser d'elle, comment ils la trouvaient. 

Sinon, c'est vraiment un bon livre que je ne regrette pas d'avoir lu. Bien que ce ne soit pas du tout mon genre habituellement, je n'ai pas eu de difficulté à avancer grâce à ses qualités rédactionnelles et sa concision quant aux faits racontés. 

Note finale :
8/10