Articles liés

01.05.2008

Le roman de Gilgamesh

Synopsis

Il y a fort longtemps vécut Gilgamesh, un roi puissant qui aimait accomplir des quêtes victorieuses, inspirer la terreur et se vanter de ses origines à moitié divines. Espérant satisfaire les supplications du peuple, las de se trouver à la merci de ce tyran aux pratiques odieuses, les dieux décidèrent de lui forger un rival capable de rivaliser avec sa force : Enkidou. Encore à moitié-bête, Enkidou accomplit son chemin vers l'Homme et donne sa vie à Gilgamesh... Hélas, frappé par le drame, ce dernier sombre dans le chagrin et décide de se mettre en route pour la plus grande des quêtes : la recherche de l'immortalité...

Avis

L'épopée de Gilgamesh est certainement le récit le plus ancien de l'histoire de l'humanité. Cette vieille légende issue de la civilisation mésopotamienne a traversé les âges, gravée sur es tablettes de pierre, pour finalement nous parvenir, presque intacte et riche de ses nombreux symboles ancestraux. 
En choisissant de la réécrire avec ses propres mots, Jacques Cassabois nous livre un véritable hommage à cet antique témoignage de temps immémoriaux. En même temps, il nous fait également cadeau d'une version plus courte, plus simple, plus vite lue, en d'autres termes plus accessible que l'œuvre original, et pourtant probablement pas moins belle. 
L'écriture de l'auteur atteint en effet dans cet ouvrage la quintessence de la beauté : elle allie à la perfection sobriété et enchantement. Dans ces phrases composées avec un soin extrême, c'est en vain que l'on chercherait un mot, même un seul, qui ne soit pourvu d'une utilité, et pourtant la poésie est là, pudique et magnifiée par sa pudeur. 
Le roman de Gilgamesh, transcrit par Jacques Cassabois, se révèle un récit non seulement superbe, mais également empreint de ce goût propre aux légendes anciennes, chargé d'humanité et des valeurs ancestrales de base. Et si les personnages sont peut-être un peu dépourvus de personnalité à part entière et qu'il est assez difficile de s'attacher à eux en tant que tels, c'est parce que, tous, ils laissent véritablement la place à l'Homme à son essence la plus pure, hanté de toute éternité par ses deux plus grandes et plus anciennes préoccupations : l'amour et la mort...
Le questionnement de Gilgamesh prend la forme d'un voyage aventureux, mais nul ne pourra ne pas voir la force du symbolisme des méandres tortueux de l'esprit humain...
Le roman de Gilgamesh
 est un récit à la fois épique, beau et philosophique. C'est un très beau livre, que j'ai énormément apprécié et mes mots peinent à retranscrire l'admiration qui m'a saisie en parcourant ses pages. 
Il ne me reste plus qu'à adresser mes plus vifs remerciements à l'auteur pour ce moment de pur plaisir qu'il m'a offert, dans tous les sens du terme. 

Note finale :
8/10